Spectacle d'ouverture: À GO, on criss le feu @Valery Drapeau

ZH Festival : Une 11ème édition pour tous les goûts

Le ZH festival revient le 23 juillet prochain pour une 11ème édition pluridisciplinaire et audacieuse. Lieu de tous les possibles, l’évènement continue de faire la part belle aux projets émergents. Tour d’horizon de quelques propositions de cette édition qui s’étalera sur quatre semaines.

Les festivités débutent avec À go, on criss le feu le 23 juillet à la Maison de la culture de Maisonneuve. Ève Landry nous propose une création théâtrale aux allures irrévérencieuses. On s’attend à de la poésie, un peu de kitch, un peu de punk, de la belle joie.

Deux jours plus tard, la photographe Julie Artacho présente une courte performance au titre et à la description évocateurs et intrigants : Les avalanches. Il flotte tout autour une notion d’imprévisibilité et de vulnérabilité en même temps qu’une force indomptable. « Huit femmes y abordent la différence subtile entre désir et agression, abus et tendresse, à travers le mouvement corporel et le théâtre. »

Xavier Huard n’en est pas à sa première au ZH festival. Le 1er août, il sera de retour avec Huei, qui met en scène un vieux pêcheur, chasseur et trappeur dans un monologue engagé qui puise dans l’oralité propre à la culture des Premières Nations.

Une rencontre inédite entre cuisine et littérature aura lieu le 2 août dans la performance Orfèvrerie et riens de moins qui offre un repas dont le menu sera composé de 12 plats et 12 textes d’Amélie Boyer-Lacoste. Le festival a un faible pour le culinaire cette année, car le 10 août, le Théâtre de la bourde présente Fondant, une pièce dans l’environnement sucré d’une pâtisserie, le lieu parfait pour un mélange entre le comique et le tragique.

En danse, on relève également quelques incontournables. Le 6 août, présentés en programme double, Sans rien forcer et Fjord explore chacun à leur manière le langage du rythme qui prend possession du corps, l’exploration des limites. Sans oublier Quelque chose de chuchotant entre la gloire et le désordre, le 24 juillet. La chorégraphie est de Thomas Duret qui signe la lecture En survolant la mer Égée présentée la même soirée par Boabab.

Pour clore cette édition, Geneviève Labelle et Mélodie Noël Brosseau nous offrent Rock Bière : Le documentaire, un projet suivant l’ascension d’une version drag king du chanteur Éric Lapointe, pointant par la même occasion la sous-représentation de la femme dans le monde du drag.

Au-delà de ce bref aperçu, le ZH festival, c’est 22 soirées et 34 créations en théâtre, lecture, danse, performance et cirque. Plateforme d’expérimentation, de découvertes et de rencontres, l’été ne sera que plus beau en compagnie de ces artistes qui se livrent devant public, parfois, pour la première fois.

ZH Festival – Programmation entière
Du 23 juillet au 17 août

Plus d'articles
La migration au cœur de l’oeuvre d’Andrew Skeels