Ce ne serait pas une critique

_W0A4715
© Jeremy Mimnagh

Ce serait une création
hybride
un verbe qui danse
des corps qui slament
Ce serait un homme, une femme
nous tendant le miroir de nos fabulations inavouées, inavouables
ces films que l’on tourne dans nos têtes
dignes des plus grandes productions hollywoodiennes
une comédie, un drame, un happy end,
          never-ending éventuel

Ce serait drôle, absurde
effrayant de réalisme et troublant de vérité
le passé est idyllique
le présent s’est fait la malle,
avec nos nerfs, le futur joue
ce serait de l’indicatif inconfortable et un « vivre »
qui râpe la langue au conditionnel
Nous vivrions

Ce serait des mots en grand écart dans les possibles
sautant à pieds joints dans les peut-être
devant un public
inerte
toujours plus sceptique face aux affres
de celle qu’on dit contemporaine
insulte où l’on range d’inclassables mouvements,
l’étrange, le barré, le weird mélange des genres,
danse
théâtre
poésie
art        visuel

Ce serait
des gens qui murmurent dans le noir
d’autres laissant leur cellulaire allumé pas foutus de se débarrasser une petite heure de l’Ailleurs
une dame qui questionne la trame sonore et
une créatrice que la bienséance contraint
à une réponse polie, refrénant
un fuck derrière son sourire

Ce serait in english, but also en français
Montréal
quatre ans après la première
d’une œuvre en mutation
évoluant au gré de corps errants
et freestyles lyriques

Ce serait une création
primée
à voir un soir d’automne
dans une salle du quartier

WOULD
Mise en scène, texte et chorégraphie de Mélanie Demers. Interprétée par Marc Boivin et Kate Holden. Le 8 novembre à la Maison culturelle et communautaire de Montréal-Nord, le 9 novembre à Maison de la culture du Plateau-Mont-Royal, le 28 novembre à la Maison de la culture Claude-Léveillée et le 29 novembre au Centre culturel de Notre-Dame-de-Grâce.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.