Le couple dans l’œil de Catherine Chabot

DansLeChamp_RaphaelOullet© Raphaël Ouellet

Après la pièce Table rase où questionnements existentiels, tabous et amitié se côtoient, Catherine Chabot s’attaque au concept du couple avec Dans le champ amoureux à l’Espace libre dès le 7 novembre. Rencontre avec une dramaturge éprise de réflexions et de dialogues. 

Délaissant le thème de l’amitié, la nouvelle pièce de Catherine Chabot Dans le champ amoureux dissèque les multiples façons de vivre l’amour au 21e siècle. « Est-ce qu’on peut être en couple? Si oui, comment? Quelles sont les configurations possibles? » se demande-t-elle. Plus concrètement, le spectacle raconte l’histoire d’un couple formé d’un philosophe et d’une auteure. « Les deux sortent de la douche et l’homme déclare à la femme qu’il souhaite revoir celle avec qui il a trompé sa blonde, c’est la lente chute du couple », explique Catherine.

Inclure la raison et ses excès s’avère inévitable dans cette nouvelle création. « J’essaie d’aborder la figure de l’intellectuelle que l’on voit peu au théâtre », raconte la dramaturge. Dans la pièce, le personnage du philosophe, plus enclin à se questionner sur tout et rien, sera confronté à une femme avec une vision plus « manichéenne et conservatrice » du couple. Bref, l’incertitude versus la certitude.

Pour écrire la pièce, Catherine Chabot a mis à profit des discussions avec ses amies et a exploité sa propre relation amoureuse avec un doctorant en philosophie lors de sa jeune vingtaine. En toile de fond, la politique et l’engagement social servent de points de repère à l’auteure. En effet, les deux protagonistes se sont rencontrés au Printemps étudiant de 2012 où l’écrivaine puise également son inspiration puisqu’elle-même y était impliquée. « C’est une pièce sur le désenchantement à la fois amoureux et politique », résume-t-elle.

D’ailleurs, la rupture difficile et le deuil sont des thèmes abordés dans le spectacle. « Plus tu es impliqué et plus tu es lyrique », souligne la dramaturge. Ainsi, pour l’auteure, l’engagement amoureux et social ont des caractéristiques semblables qu’elle souhaite mettre en évidence dans sa nouvelle pièce.

Une auteure à surveiller

À sa sortie du Conservatoire d’art dramatique de Montréal en 2013, Catherine Chabot entame une résidence de création avec ses amies actrices. Grâce à l’improvisation, une chimie se développe rapidement entre elles alors que les discussions les rapprochent. C’est dans cette atmosphère que naît la pièce Table rase dans laquelle les actrices décortiquent leurs préoccupations et enjeux actuels.

Au final, Table rase brosse un portrait authentique des jeunes d’aujourd’hui. L’impression que les actrices « décrochent » de temps à autre est l’une des nombreuses qualités de la pièce. « Le spectacle évolue, c’est un show organique qui a l’air improvisé, mais qui est ficelé au quart de tour.  » Catherine Chabot et ses acolytes n’ont pas peur d’aborder les tabous actuels et font réfléchir le spectateur tout en arrivant à le toucher profondément. « Avec ce spectacle, on veut transgresser les normes », soutient-t-elle.

Alors qu’elle se retrouvera de nouveau sur scène dans quelques jours, elle prépare déjà une troisième pièce axée davantage sur la politique. Pour l’instant, elle plonge dans le vif du sujet avec ambition. « Qu’est-ce que les jeunes pensent de la politique aujourd’hui? Je veux une vision globale, tant le gars de droite que la fille apolitique avec un gros bon sens », dévoile la jeune femme.

À notre plus grand bonheur, Catherine Chabot poursuit donc son exploration des contradictions humaines où chacun souhaite se démarquer à sa façon. Pourtant, nous avons tous besoin de nos éternels liens affectifs. Un comportement qui ne change pas. Heureusement, le théâtre est là pour nous le rappeler.

Dans le champ amoureux. Texte: Catherine Chabot. Mise en scène de Frédéric Blanchette. Avec Catherine Chabot, Francis-William Rhéaume et Fayolle Junior Jean. Une production de Corrida parrainée par  le Nouveau Théâtre Expérimental. À l’Espace Libre du 7 au 25 novembre.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.