« En alerte »: L’urgence du monde actuel

En Alerte_Taoufiq Izeddiou-photo_Iris Verhoeyen© Iris Verhoeyen

En Alerte est la dernière pièce de l’artiste franco-marocain Taoufiq Izzediou qu’on a pu découvrir au MAI (Montréal, arts interculturels) les 27 et 28 octobre dernier en collaboration avec le Festival Altérité, pas à pas. Une pièce pluridisciplinaire où l’artiste exécute un solo rempli d’émotions et cherche l’équilibre entre la tradition et la modernité. 

Sur une musique live portant le danseur, Izeddiou déploie la beauté de cette captivante cérémonie. Maalam Jaouad au guembri et Mathieu Gaborit à la guitare, dialoguent avec leur musique pour compléter le rituel. Dans cette dernière création, le chorégraphe suit le mystère de ces voyages intérieurs. La pièce mélange dans sa composition danse, musique et poésie, de manière séquencée et circulaire. À tout cela, s’ajoutent le soufie, le gnaoua, le guembri et le tbal (instruments maghrébins), la guitare électrique, la marche, la voix et la force.

Le danseur s’avance graduellement vers un état de transe et on observe son corps qui se jette, qui tombe et qui chute dans des mouvements agressifs et très assumés. Son geste est imprimé d’une grande force, peut-être celle du boxeur qu’il a été. Taoufiq incarne sa nécessité de danser pour mieux imaginer le monde et s’échapper vers des ailleurs meilleurs.

L’interprète veut traverser les mystères de l’indicible, et avec sa danse, il développe une ambiance sublime qu’on arrive à percevoir sur le plateau. Son regard et son corps sont complètement habités par ses idées profondes et par son désir de nous transmettre un message. En Alerte est animé du désir de l’interprète de partager sa vulnérabilité, sa gestuelle intense vise à l’épuisement physique pour ensuite l’amener en profondeur dans sa transe, état dans lequel il peut se montrer et se donner au public tel qu’il est.

Cette oeuvre pluridisciplinaire relève d’une sorte de rituel qui évoque des questions sociales et spirituelles entre la tradition et la modernité. L’état d’alerte de son esprit projeté à travers ses yeux et ses expressions veut refléter l’état d’urgence dans lequel se trouve le monde actuel. Il cherche principalement à mettre au cœur de l’œuvre la crise entre l’Orient et l’Occident. Il utilise des éléments théâtraux pour rendre compte d’images fortes comme la simulation des grosses armes à feu qui nous place dans différents conflits actuels, soient en Orient ou en Occident.

Taoufiq Izeddiou_05© Iris Verhoeyen

Taoufiq Izzediou se promène entre deux concepts, entre le traditionnel et le moderne, notemment au niveau de la musique qui alterne entre des sons orientaux et occidentaux pour favoriser le contraste. Il utilise ainsi les mots du poème Madîh al-Zill al-’Alî (Éloge de l’ombre haute) du poète palestinien Mahmoud Darwich pour nourrir son propos. À travers ses mots puissants il se montre prêt au combat, prêt à dénoncer et à confronter les conflits de l’homme actuel.

« Que la révolution est vaste. 

Que la voie est étroite.

Que l’idée est grande.

Que l’état est petit. »

Les mouvements qui se répètent à l’infini sont en parfaite coexistence avec les émotions qui nourrissent l’esprit de l’interprète.  Nous avons l’impression de revenir à la source de sa vie, aux souvenirs ancrés dans sa danse. L’œuvre, sans jamais se départir de la grâce, évoque efficacement à travers son rituel, le primitif avec le sophistiqué.

En Alerte touche au but lors de la seconde partie. Taoufiq, avec un sac à dos qui déverse du sable au sol, dessine une spirale pour marquer le plateau de son empreinte. Il porte un casque de moto avec une lampe incrustée et il nous amène dans un univers inconnu, peut-être celle d’un astronaute dans le désert. Graduellement, il déshabille chaque partie de son corps pour être complètement en offrande vers son rituel. Nous sommes surpris par l’émouvante nudité du danseur face au mur où défile le mot Dieu dans toutes les langues. Il nous captive avec cette image porteuse d’autant d’inquiétudes lorsqu’il déclame « My God leave, My God came ».

Après la métamorphose, Taoufiq Izzediou se vêtit d’une robe, danse et termine en regardant vers le ciel dans un geste d’imploration. La sérénité et la fatigue dans son visage conclut en justesse la performance. Une œuvre généreuse, poétique et surprenante, avec une charge politique actuelle où la quête du chorégraphe devient celle que mène chaque spectateur dans sa vie propre. Il aborde des sujets forts, interprétés avec sincérité et puissance. Izeddiou se donne complètement dans un travail très généreux et touchant à regarder.

 

En alerte, chorégraphie de et avec Taoufiq Izeddiou (Anania Danses) et les musiciens Maalam Jaouad et Mathieu Gaborit. Présenté par Montréal, arts interculturels, en collaboration avec le festival Altérité, pas à pas.

Auteur : Ariana Pirela Sánchez

Venezuelan lady. Professional contemporary dancer, writer, adventurous and dreamer. Passionnée de naissance, en mouvement par vocation et motivée par choix. Plein d'énergie, j'agis, j'apprends et je me transforme.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s