La métamorphose des repères

LeonordeRecondo
L’auteure Léonor De Récondo

© Ph. Matsas / Sabine Wespieser éditeur

Point Cardinal est un livre que l’on referme avec un sentiment de bien-être et un élan d’optimisme. Dans ce roman de Léonor de Récondo publié en août dernier aux éditions Sabine Wespieser, on suit le destin d’un homme en quête de son identité. Un 5ème roman poignant mais pourtant léger qui parle sans faux-semblants de transsexualité, de quête de soi, mais surtout d’amour.

Laurent est un homme d’une quarantaine d’années. Marié à Solange, ils ont 2 enfants, Claire et Thomas. Ils mènent une vie paisible, sans débordements et chacun semble avoir trouvé sa place dans cette famille presque exemplaire. Sauf que Laurent n’est pas vraiment Laurent. Et dans ce quotidien ordinaire, il laisse apparaitre Mathilda, cette femme qui sommeille en lui depuis toujours. Chaque week-end, Laurent se travestit et devient son autre. Ce secret finira par sortir un jour, et la révélation fait l’effet d’une bombe. Le jour qui sonne le point de non retour. Le début d’un long processus.

 « Rien n’arrête ce qui grandit, ce qui envahit ma peau comme une explosion sourde. »

Prisonnier de son propre corps depuis trop longtemps, Laurent n’a plus la force de cacher Mathilda. La révélation auprès de sa famille, de ses proches lui donne la force d’affirmer cette nouvelle identité. Dans cette partie du livre, on est là, témoins, face à cette famille qui vacille, dont le socle s’effrite. Solange, sa femme, sous le choc tente par tous les moyens de ne pas y croire ; ses enfants perdent, quant à eux, leur repère et l’image normatif qu’ils ont d’un père, de leur père. C’est juste, ça sonne vrai et on assiste au fil de pages, à la dégringolade d’une famille, puis à sa reconstruction. Léonor de Récondo a su décortiquer cette métamorphose et mettre à nu son effet sur les proches.

Je suis père, mari et femme

En soulevant ces questions d’identité, ce qui peut échapper au corps et à travers le regard de la société, l’auteure va plus loin et s’interroge sur la place de la paternité. La masculinité de Laurent a longtemps été englobée dans sa paternité tout en évinçant la femme en lui. Léonor de Récondo nous fait parcourir les questionnements, les doutes de Laurent mais se place aussi dans l’incompréhension, le rejet de son fils Thomas par exemple, qui voit dans cette transformation, la perte de son père.

Le lecteur, en avançant dans le livre, apprend à bien connaître Laurent et les facettes de son existence. Le père qu’il est, le mari, l’amant, puis la femme qu’il est en train de devenir. Avec justesse et pour se rapprocher au plus près de la réalité, l’auteure joue volontairement avec les pronoms « il » et « elle ». Au sein de sa famille, elle désigne Laurent en utilisant le « il ». Puis dans d’autres contextes de vie, il devient « elle ». De telle sorte que le lecteur finit par ne plus se rendre compte de ces changements et l’identité finit par se figer dans le féminin.

Malgré un sujet délicat, Léonor de Récondo fait tomber le rideau sur des questions d’identités et de genres, complexes, et plus que jamais d’actualité. Elle soulève avec sobriété les questions de quêtes intérieures, mais aussi d’acceptation, de regard porté sur l’autre, de réconciliation. Parce que la force de ce roman réside dans l’autre. L’autre, c’est Mathilda, mais aussi Solange, Claire, Thomas. Avec simplicité, elle offre ici une photographie attendrissante des failles et des doutes de l’être, de ces êtres grâce à qui Laurent se (re) construit.

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s