L’amitié face à la mort dans « Table rase »

Véritable coup de gueule, Table rase, en reprise à l’Espace Libre, révèle les intimes discussions arrosées de jeunes amies liées par un pacte. Mise en scène par Brigitte Poupart, elle invite à réfléchir sur une jeunesse en quête de sens, dans un contexte de perte, d’amitié féroce et de remise en question.

À l’intérieur d’un chalet, six amies se réunissent pour une soirée festive. Puis, la réunion dérape. Elles se rappellent la raison de cette rencontre: l’une d’entre elles va mourir alors que les cinq autres lui promettent de changer de vie. La véracité des propos déconcerte dès les premières minutes tandis que les six comédiennes prennent en étalant bouteilles d’alcool et nourritures sur la table trônant au milieu de la scène. Les dialogues crus signés par Catherine Chabot, Brigitte Poupart et les interprètes, nous entraînent dans un environnement troublé par des questionnements profonds sur la société actuelle.

Rapidement, on décèle les principaux traits de caractère de chacune. L’une est anxieuse tandis que l’autre demeure résolue. L’une boit trop tandis qu’une autre se révèle modérée. L’une croit en l’amour pendant qu’une autre se résigne au suicide assisté suite à un cancer incurable. Les thèmes sont lourds, on aborde par exemple le viol, l’alcoolisme en passant par la maladie et la mort. En revanche, les textes montrent aussi un angle plus attendrissant et laissent deviner le désir d’accéder au bonheur, de trouver son chemin.

Le jeu des actrices dégage une complicité évidente. À l’aise sur scène, elles maîtrisent leurs textes, flirtent avec l’improvisation et n’ont pas peur de choquer. D’ailleurs, le public majoritairement jeune, ne semble en rien offusqué par les répliques assassines et les comportements spontanés des six femmes.

Assises autour de la table, elles causent abondamment sur le sexe. On est estomaqué de la troublante pertinence de la description, criante d’actualité, d’une soirée où un homme outrepasse les souhaits de l’une des six. Convaincue de cette banalité, elle se fait rappeler par ses amies qu’elle est en train de raconter un viol.

Quelques échanges sur l’inceste – l’une d’entre elles entretient une relation discutable avec son oncle – interrogent nos plus profondes certitudes sur l’amour. Aussi, elles passent en revue le bien-fondé de mettre un enfant au monde alors que la planète se meurt. Toutefois, alors que la jeune malade souhaitait mourir au cours de la soirée, l’on ressent une volonté de vivre pleinement au côté des cinq autres malgré une peur considérable de l’échec.

Les questions s’assombrissent en lourdeur tout au long de la pièce. Que faire avec l’inévitable mort, avec la maladie, avec les pulsions incontrôlables? Que faire devant une vie où tout semble possible et impossible à la fois? L’impuissance devant cette réalité nous secoue. Néanmoins, elles puisent leurs forces au sein de leur cercle d’amies où, pour un instant, tout leur semble permis.

Table rase touche la cible. Cette pièce arrive à nous faire rire, pleurer, mais surtout réfléchir. Au-delà de nos vies rangées et de nos choix sécuritaires, échappons-nous à un tas de rencontres, d’émotions, de vies? Notre société basée sur la soumission de l’individu au système de production attise son lot de comparaisons épidémiques. Tous veulent réussir une vie à la hauteur de leurs attentes. Le mélange du passé, des émotions, de la raison et de notre entourage joue sur nos décisions au quotidien, à notre insu. La pièce nous rappelle également, avec cruauté, que la mort et le vide rôdent sans cesse autour de nous. Malgré tout, l’amitié demeure un point d’ancrage et s’avère un remède efficace contre notre vulnérabilité.

Table rase. Texte: Catherine Chabot, Brigitte Poupart et les interprètes. Dramaturgie: Brigitte Poupart. Avec Vicky Bertrand, Marie-Anick Blais, Catherine Chabot, Rose-Anne Déry, Sarah Laurendeau et Marie-Noëlle Voisin. Une production de Transthéâtre. À l’Espace Libre jusqu’au 29 octobre.

© Photo de couverture M-E Mongrain

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s